Nos conférenciers invités

Guennadi Kroupnik

L'observation de la Terre par satellite et le gouvernement du Canada : réussites passées, projets en cours et priorités futures

View Abstract

Face à l'intérêt croissant de l'ensemble de la société pour l'exploitation des capacités d'observation de la Terre par satellite, les activités du gouvernement du Canada dans ce domaine se sont considérablement développées au cours des dernières années. À mesure que les capacités de télédétection et les technologies satellitaires progressent et que les effets du changement climatique s'intensifient, les prérogatives d'explorer et de faire progresser de multiples voies d'observation de la Terre par satellite sont évidentes. Cette présentation discutera des moteurs de l'activité de référencement tout en célébrant les succès passés et présents. La présentation donnera également un aperçu de la récente initiative du gouvernement canadien en matière d'observation de la Terre par satellite, l’ouverture d’un nouveau bureau portant sur cette initiative et des priorités pour l'avenir.

Voir la biographie

Guennadi Kroupnik, P. Eng et PMP, est directeur général de l'utilisation de l'espace à l'Agence spatiale canadienne (ASC). M. Kroupnik est titulaire d'une maîtrise en ingénierie et en aérospatiale de l'Université Concordia (Montréal) et de la certification PMP du Project Management Institute. Il possède plus de 30 ans d'expérience en ingénierie, en gestion fonctionnelle, en gestion de programme et en gestion exécutive dans le secteur spatial. M. Kroupnik a fait preuve de leadership et a contribué de manière significative au succès des activités de R&D, au développement, au lancement et à l'exploitation de missions spatiales complexes, depuis les petits et microsatellites hautement innovants jusqu'aux constellations à grande échelle dans les domaines de l'observation de la Terre, de la surveillance de l'espace et des communications par satellite. En étroite collaboration avec d'autres ministères, des partenaires internationaux et des équipes industrielles, M. Kroupnik a dirigé le développement, le déploiement et l'exploitation de la mission de la Constellation Radarsat (RCM), la mission phare d'observation de la Terre du programme spatial canadien, et de l'initiative de continuité des services d'observation de la Terre, actuellement rebaptisée Radarsat Plus, qui fait suite à la mission RCM. Il dirige également un portefeuille de missions et d'activités dans le domaine de la science des systèmes terrestres. En collaboration avec ses collègues de l'ECCC et de RNCan, M. Kroupnik a contribué à l'élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie canadienne d'observation de la Terre par satellite et de la feuille de route d'investissement. M. Kroupnik est un expert internationalement reconnu dans le domaine des satellites. Il a été invité à participer aux activités d'organismes internationaux tels que le Comité de coordination sur les satellites météorologiques (CGMS), le Groupe sur l'observation de la Terre (GEO) et l'équipe d'experts sur les questions relatives aux satellites (ET-SAT) de l'Organisation météorologique mondiale. Il a représenté l'ASC au conseil d'administration de la Charte internationale sur l'espace et les catastrophes majeures, et il est le principal responsable canadien de l'OT au sein du Comité international sur les satellites d'observation de la Terre (CEOS).

Robert Maher

Cinquante ans de SIG et de télédétection au College of Geographic Sciences (COGS), Nova Scotia Community College (1974-2024)

View Abstract

À la fin des années 70, John Wightman discutait avec Roger Tomlinson, Ray Boyle et des scientifiques du CCT de l'expansion des programmes et de l'adoption de nouvelles technologies numériques au Nova Scotia Land Survey Institute (NSLSI). Par la suite, j'ai été recruté en 1980 pour enseigner la programmation informatique scientifique (le langage et l'application). J'avais une formation en informatique et en sciences géographiques. En 1986, le NSLSI a été rebaptisé College of Geographic Sciences (COGS). Il proposait un enseignement technique dans les domaines des SIG et de la télédétection au niveau du diplôme de troisième cycle. En 1989, le collège a été intégré au Nova Scotia Community College (NSCC). Il est devenu le Centre des sciences géographiques et s'est concentré sur la programmation et la formation industrielle. L'auteur est retourné au COGS en 2000 pour établir le groupe de recherche en géomatique appliquée (AGRG) avec Chris Hopkinson, Tim Webster, David Colville et d'autres. Il a pris sa retraite du COGS en 2011. Cette présentation peut être divisée en trois parties : l'histoire, le présent et l'avenir. Historiquement, l'accent a été mis sur la programmation et l'application des SIG et des systèmes d'analyse d'images. Il existait une relation étroite avec les entreprises technologiques canadiennes : DIPIX, TYDAC et PCI, ainsi qu'ESRI en Californie. Chaque diplômé réalisait un projet de base au cours du dernier semestre avec l'industrie, le gouvernement ou une ONG. Aujourd'hui, la même philosophie s'applique. La différence réside dans la disponibilité de logiciels et d'ensembles de données en ligne, ainsi que de nouveaux capteurs tels que le LiDAR et les drones. Sur le plan éducatif, la création de l'AGRG permet également d'établir un lien direct avec les études supérieures à l'université d'Acadia. Les programmes actuels de l'AGRG comprennent des certificats d'études supérieures en SIG, télédétection et analyse de données géospatiales. L'avenir est probablement mieux défini par quelques liens fournis à l'auteur, par Derek Weatherbe d'ESRI et Michael Goodchild (professeur émérite à l'UCSB).

Voir la biographie

Bob est né dans l'ouest de Londres, en Angleterre. Il a obtenu son diplôme de premier cycle à l'université de Birmingham en géographie, avec une mineure en mathématiques. Après un bref passage chez IBM UK, il a émigré au Canada en 1969 pour des études supérieures en géographie à l'Université Western Ontario (UWO). Il a obtenu une maîtrise et un doctorat sous la direction du professeur Michael Goodchild. Ses recherches portaient sur la biogéographie et les méthodes quantitatives. Son premier poste d'enseignant a été au département de géographie de l'Université Memorial de Terre-Neuve (MUN). Il a rejoint le Nova Scotia Land Survey Institute (NSLSI) en 1980 pour enseigner la programmation informatique scientifique (SCP). Il a occupé le poste de chef du département de programmation informatique. Ce département comprenait la programmation informatique scientifique, la programmation informatique commerciale (BCP), les SIG, la télédétection, l'infographie et la géographie commerciale. Il a rejoint la compagnie ESRI, à Redlands (Californie), en 1989. Il a ensuite travaillé pour le ministère des Ressources naturelles de l'Ontario (OMNR) et l'Université Royal Roads. à Victoria (C.-B.). Bob est retourné au NSLSI, maintenant le College of Geographic Sciences (COGS), en tant que chercheur principal dans l’Applied Geomatics Research Group (AGRG) 2000-2011. Bob continue de s'intéresser à la géographie locale et à l'application des technologies SIG et de télédétection. Il vit à Paradise, dans le comté d'Annapolis (Nouvelle-Écosse), avec son épouse Heather Stewart. Bob a reçu le prix d’excellence Roger F. Tomlinson d’ESRI Canada en 2021. Il tient un blog à l'adresse http://ernestblairexperiment.wordpress.com

Nikki Tulley

Deux chemins pour n'en faire qu'un : une perspective autochtone sur l'observation de la Terre

View Abstract

L'observation de la Terre est une pratique solide et durable dans les communautés autochtones. Mme Nikki Tulley est une scientifique autochtone de la nation Navajo, une Première nation située dans le sud-ouest des États-Unis. Elle a tissé sa compréhension de l'observation de la Terre à partir de savoir autochtone et de la science occidentale, qu'elle utilise maintenant dans son travail avec l'initiative des peuples autochtones (Indigenous Peoples Initiative, IPI) de la NASA. Dans cette présentation, elle soulignera les liens entre les multiples systèmes de connaissances qui ont contribué au renforcement des capacités des communautés autochtones en matière d'observation de la Terre. Elle partagera une série d'histoires sur les leçons tirées du renforcement des capacités des communautés d'observation de la Terre, l'importance du co-développement et de la collaboration avec les communautés autochtones, les opportunités qui se développent avec les partenariats inter-agences tels que ceux qui existent aux États-Unis et sur l'île de la Tortue (c’est-à-dire le continent nord-américain) avec l'Agence spatiale canadienne (ASC), et des exemples de moyens de soutenir les relations de longue date entre l'observation de la Terre et les communautés autochtones.

Voir la biographie

Nikki Tulley est membre de la nation Navajo, une nation autochtone située dans le sud-ouest des États-Unis. Elle est assistante scientifique au Centre de recherche BAERI/NASA Ames et gestionnaire associée du programme Equity & Environmental Justice dans le cadre du programme de sciences appliquées de la Division des Sciences de la Terre. Le travail et les recherches de Nikki sont fortement influencés par son éducation. Née et élevée dans la réserve de la nation Navajo, elle a vu de ses propres yeux les conséquences des problèmes d'accès à l'eau et de qualité de l'eau auxquels sont confrontées les communautés rurales, ce qui l'a amenée à devenir scientifique. Aujourd'hui, en tant que scientifique autochtone, elle reconnaît les possibilités d'associer les connaissances écologiques traditionnelles et la science occidentale afin d'autonomiser les communautés grâce à des efforts de collaboration dans le domaine de l'observation de la Terre (EO). En tant que membre de l'équipe de l'Indigenous Peoples Initiative (IPI) de la NASA, elle travaille à la création d'un espace éthique et culturellement pertinent pour l'utilisation de l'observation de la Terre dans les communautés autochtones. Nikki se passionne pour l'autonomisation des communautés grâce à l'accès aux données et au renforcement des capacités. Elle est convaincue que l'implication des communautés dans la recherche peut contribuer de manière significative à la recherche de solutions pour des communautés résilientes et durables. Nikki est titulaire d'une maîtrise et d'une licence en gestion des ressources en eau de l'Université du Nouveau-Mexique et est actuellement candidate au doctorat à l'Université de l'Arizona, dans le Département des sciences de l'environnement.

Ewelina Rupnik

Photogrammétrie à partir de photographies historiques

View Abstract

Les avancées technologiques du XXe siècle ont permis à de nombreux pays de collecter systématiquement des photographies aériennes de leur territoire. Au cours de la dernière décennie, ces riches collections d'images ont été numérisées et rendues publiques. Comme ces photographies ont souvent été acquises en mode stéréoscopique à haute résolution spatiale, elles peuvent être utilisées pour la modélisation 3D et la détection des changements 3D au fil du temps.

Cependant, malgré leurs mérites, les images historiques restent sous-exploitées dans l'analyse et la recherche spatiales. Cela est souvent dû à la mauvaise qualité des films analogiques archivés et à l'absence de méthodes de traitement automatisées. Dans cet exposé, je présenterai nos expériences en matière de traitement de photographies historiques. La première partie se concentrera sur les cas aériens, et dans la seconde partie, j'aborderai les capteurs satellites historiques, notamment le satellite Corona KH-H. Les résultats de trois études de cas, sur la cartographie des glissements de terrain, des tremblements de terre et du volume des glaciers, seront également présentés.

Voir la biographie

Dre Ewelina Rupnik a obtenu un doctorat en photogrammétrie de l'Université de technologie de Vienne en 2015, et est titulaire d'un diplôme de premier cycle en ingénierie et d'un master en géodésie et cartographie de l'Université des sciences AGH, en Pologne. Depuis 2017, elle occupe un poste de chercheuse au LAboratoire en Sciences et Technologies de l'Information Géographique (LaSTIG) de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN). Elle est également chercheuse associée à l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP).

Ewelina est également rédactrice en chef de la Revue Française de Photogrammétrie et de Télédétection et coprésidente du groupe de travail ISPRS sur l'orientation des images et la fusion des capteurs. Ses recherches portent sur l'estimation de la pose et la reconstruction 3D à partir d'images. Elle milite pour des solutions open-source en photogrammétrie en tant que membre actif du projet open-source MicMac. Pour plus d'informations sur ses projets, rendez-vous sur le site « erupnik.github.io ».