Sommet sur l’Observation de la Terre 2017

Présentateurs invités

Rached Boussema, professeur (École Nationale d’ingénieurs de Tunis)

Présentation : Keynote panel on Societal benefits of Earth Observation
Salle : Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 09h00 HAE

Né en 1953, Mohamed Rached Boussema est professeur depuis 1999 à l’Université de Tunis El Manar – École nationale d’Ingénieurs de Tunis (ENIT). Après avoir obtenu le baccalauréat en mathématiques en 1978, il a réussi l’examen pour l’École Nationale des
Sciences Géographiques (ENSG), il a étudié à Paris (France), où il a reçu un diplôme d’Ingénieur et un doctorat en ingénierie dans les sciences géodésique, en 1979 et 1981 respectivement. Entre-temps, il a obtenu une maîtrise en statistique mathématique de l’Université Pierre et Marie Curie en 1980. Après son retour en Tunisie en 1981, il a obtenu un poste de chercheur enseignant à l’ENIT. En 1994, il a obtenu son doctorat à la Faculté des Sciences de Tunis.

En 1990, il a créé le Laboratoire de Télédétection et SIG (LTSIRS) à l’ENIT. Ses principales activités de recherche sont dans le domaine de la géomatique. La télédétection et les SIG sont ses spécialités. Ses recherches portent sur le traitement des images de télédétection et d’analyse et de leurs applications à l’environnement et les questions liées aux ressources naturelles. Il a dirigé de nombreux projets de recherche à financement international (la RDPC-ce Canadien, le CRDI, l’ AUF, …). Il est membre de l’équipe de rédaction de la revue internationale  » TÉLÉDÉTECTION « . Il a supervisé plus de 30 thèses de doctorat et de master. Il a publié plus de 180 Journal officiel et documents de conférence.

Chris Dodd, Directeur développement des affaires (Airbus Defence and Space Canada)

Présentation : Commercialization: Recent Experience, Lessons Learned and Plans for the Future
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 12h30 HAE

Chris was born in Ottawa but considers himself a Nova Scotian because he resided in Halifax during his formative years. He graduated from Saint Mary’s University in Halifax in 1980 (BA in Political Science) and the University of Ottawa in 1987 (MBA). Chris served as a soldier and an officer in the Canadian Armed Forces for 14 years. He finished his military service as an intelligence officer at National Defence Headquarters where he was responsible for analysing the strength and capabilities of the Army of the Soviet Union during the height of the Cold War era. After leaving the military and completing his MBA Chris moved into the private sector. During his career in industry Chris has worked for leading international defence and aerospace companies including COM DEV International, General Dynamics, Motorola, and Thales. He joined Airbus in early-2015 where he is responsible for Space sector business development activities in the Canadian government and commercial markets. Chris has over 20-years of experience working in Canada’s space sector.

Mike Flannigan, professeur (U. Alberta)

Présentation : Satellite remote-sensing information: Challenges and Opportunities for Canadian Fire Management Agencies
Salle : Amphithéatre
Date: Jeudi,  22 juin 2017, 17h00 HAE

Mike Flannigan est professeur avec le ministère des Ressources renouvelables de l’Université de l’Alberta et le directeur de la Western Partnership pour la science des incendies des forêts (un partenariat avec le ministère de l’Agriculture et des forêts, Ressources naturelles Canada et l’Université de l’Alberta). Il a reçu son baccalauréat en sciences (Physique) de l’Université du Manitoba, sa maîtrise (sciences de l’atmosphère) de la Colorado State University et son doctorat (sciences des plantes) de l’Université de Cambridge. Les principaux intérêts de recherche du Dr Flannigan comprennent les interactions entre les incendies et le climat, y compris l’impact potentiel du changement climatique, des feux de forêt causée par la foudre et la modélisation du paysage par les feux. Il étudie les incendies depuis plus de 35 ans et a publié plus de 200 articles. Le Dr Flannigan a été le rédacteur en chef de la Revue internationale des feux de forêt (2002-2008) et a assumé des rôles de premier plan avec L’Évaluation nationale sur le changement à l’échelle de la planète des États-Unis, de l’Initiative Fast Track de l’incendie de l’IGBP, et des efforts sur les impacts à l’échelle planétaire de l’incendie sur les écosystèmes terrestres (GCTE).

William Gadoury, Étudiant (Académie Antoine Manseau)

Présentation : À la recherche d’une cité maya perdue KAAK CHI
Salle : Canadian Space Agency
Date: Lundi, 19 juin 2017, 10h45 HAE

Né en 2000, William Gadoury complète  présentement ses études secondaires à l’Académie Antoine-Manseau à Joliette (Canada). En 2013, William  passionné par la civilisation maya a eu l’idée novatrice de comparer la position des anciennes cités mayas avec les positions des étoiles dans les constellations.
En 2014, William a présenté ses recherches à l’expo-sciences pan québécoise.  il a obtenu ainsi, un prix pour participer au symposium internationale IGARSS 2014 à Québec.
Avec la collaboration de l’Agence Spatiale Canadienne par l’acquisition d’imageries radars de son site de recherches et l’aide d’imageries satellites sur trouvées le web, William a découvert des indices d’une cité maya inconnue qu’il a présentés en 2015 aux archéologues de l’INAH au musée maya de Cancun (Mexique).
En plus de présenter ses recherches aux expo-sciences pan canadiennes en 2016, il a été invité comme conférencier à la Ciudad De Las Ideas à Puebla (Mexique), ainsi qu’au Maya Meetings 2017 à Austin, Texas (États-Unis).
Récemment,  Il a présenté ses posters lors du Colloque AAQ aux archéologues du Québec. En plus de participer activement au symposium en Observation de la Terre 2017, il présentera en août ce cette année ses découvertes à l’expo-sciences internationale du MILSET à Fortaleza (Brésil).
Finalement, William est en démarche pour organiser une expédition sur le site de ses recherches en  2018 à la cité maya perdue qu’il nomme KAAK CHI.

Mélanie Goodchild, Chercheur autochtone senior (Waterloo Institute for Social Innovation and Resilience)

Présentation : Anishinaabe Gikendaasowin: Indigenous knowledge systems, place, language and culture
Salle : Agora
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 12h30 HAE

Melanie Goodchild, clan des Moose, est membre de la Première Nation de Biigtigong Nishnaabeg, située dans le Nord de l’Ontario. Elle détient un baccalauréat arts et une maîtrise arts en sociologie de l’Université Lakehead et travaille actuellement à l’obtention d’un doctorat en viabilité sociale et écologique à la School of Environment, Sustainability and Resources (SERS) de l’Université de Waterloo. Agrégée supérieure de recherche autochtone au Waterloo Institute for Social Innovation and Resilience (WISIR), elle a été bénéficiaire pour la période 2015-2016 d’une bourse de la Fondation du Forum International des Femmes (IWF), programme de développement du leadership des femmes à l’échelle internationale parrainé par la Harvard Business School et par l’INSEAD, Institut européen d’administration des affaires d’envergure mondiale. Melanie a été avocate-conseil principale, au service des Relations avec les peuples autochtones du bureau national de la Croix rouge canadienne. Elle est fondatrice et directrice générale d’un tout nouveau groupe de réflexion et d’action qui concentre ses efforts sur l’innovation sociale chez les peuples autochtones, nommé Turtle Island Institute, dont le siège se trouve dans le parc de la rare Charitable Trust Reserve, à Cambridge, en Ontario. Melanie est conseillère pour divers projets d’innovation sociale parrainés par la fondation de la famille J.W. McConnell, la Fondation Trudeau, la Fondation Jays Care et membre essentiel du groupe Equinox Awareness Alliance, un groupe réunissant des peuples autochtones et non autochtones et qui œuvre à l’élaboration d’une campagne de sensibilisation du public aux peuples autochtones avec Postmedia en 2017. Melanie, fière membre de l’Association Iron Butt (IBA), a parcouru 1 000 miles en 24 heures sur sa Harley-Davidson.

David Grimes, Sous-ministre adjoint (Services météorologiques du Canada) Président (Organisation météorologique mondiale)

Présentation : Societal Benefits of Earth Observation: Perspectives from Environment and Climate Change Canada
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 10h00 HAE

David Grimes a été sous-ministre adjoint et chef du Service météorologique d’Environnement Canada depuis juillet 2006. Il a été Représentant permanent du Canada auprès de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) depuis décembre 2006.

David a été réélu président de l’OMM par le dix-septième Congrès météorologique mondial en 2015 pour un autre mandat de quatre ans. Il a plus de 25 ans d’expérience en collaboration avec les initiatives et les programmes de l’OMM.

Il a plus de 40 ans d’expérience en sciences, opérations, recherche et gestion à Environnement Canada. Son expérience comprend également un nombre important de positions et d’emplois difficiles au cours des années, allant des opérations de prévisions météorologiques à la politique scientifique. Il a occupé le poste de Directeur Général au service météorologique du Canada depuis les 15 dernières années.

David possède une vaste expérience pédagogique dans les domaines de la science et de la gestion (niveau MBA). Il détient un baccalauréat en sciences en physique, en mathématiques et en météorologie. Il a également été formé et a assumé les responsabilités en tant que météorologue opérationnel.

Éric Laliberté, Directeur général, Utilisation de l’espace et applications (Agence spatiale canadienne)

Présentation : Mot de bienvenue
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 09h20 HAE

Presentation: The RADARSAT Constellation: Changing how we look at Canada and the world /La constellation RADARSAT: Un regard différent sur le Canada et le monde
Room: Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 11h55 HAE

Eric Laliberté est le directeur général de l’Utilisation de l’espace pour l’Agence spatial canadienne (ASC). Dans cette position, il est responsable de la planification globale, de la Direction générale de l’Utilisation de l’espace de l’ASC, dont le mandat est la mise en œuvre de bout en bout de l’observation de la Terre, des communications par satellite et des éléments de l’environnement spatial du programme spatiale de l’Agence spatiale canadienne.

M. Laliberté a rejoint l’ASC en 2001 ou il a occupé de nombreux postes de directeur, le poste le plus récent étant celui du directeur, Projets d’exploration de l’espace et celui de directeur général, Sciences et technologies spatiales.

Eric est titulaire d’une maîtrise en gestion de l’ingénierie de l’Université de Sherbrooke et un baccalauréat en génie mécanique avec une spécialité d’automatisation ainsi qu’une mineure en administration de l’Université McGill. Il a servi 12 ans comme officier du génie aérospatial de l’Aviation royale du Canada avant de rejoindre l’Agence spatiale canadienne. Il a fait partie de la Réserve aérienne pendant 10 ans où il a assumé les responsabilités de directeur de la qualité et de la maintenance des aéronefs 438 commandant d’escadrille de l’escadron.

Thuy Le Toan, Chercheur Senior, chef de l’équipe de la biomasse (Centre d’Études Spatiales de la biosphère)

Présentation : The BIOMASS mission: quantifying biomass for global carbon assessment
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 11h00 HAE

Thuy Le Toan détient un doctorat en physique nucléaire et atomique de l’Université Paul Sabatier, Toulouse, France. Elle a été le chef de l’équipe de recherche en télédétection dans le centre d’Études Spatiales des rayonnements et depuis 1995 au Centre d’Études Spatiales de la biosphère (CESBIO), Toulouse, France.

Ses recherches sont dans le domaine de la télédétection pour les applications terrestres, et sa spécialisation sur la télédétection radar pour l’agriculture et la surveillance des forêts. Elle est auteur et codirigeante de la prochaine mission du satellite BIOMASS de l’ESA choisie pour lancement en 2021. Elle a été coordonnatrice de projet et investigatrice principale de plusieurs projets de recherche. Elle a également été membre d’équipes de scientifiques et des comités de révision pour l’Union européenne, l’ESA, la NASA, JAXA, et divers organisations nationales sur l’utilisation des SAR pour la surveillance des surfaces terrestres.

Geneviève Marquis, Chief, Geophysics and Geospatial Analysis (Natural Resources Canada)

Présentation : Keynote panel on Societal benefits of Earth Observation
Salle : Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 09h00 HAE

Geneviève Marquis is completing her doctoral research in Management at Université du Québec en Outaouais. She holds a first M.Sc in Environmental Sciences and a second M.Sc in Management.  She is the Chief of Airborne Geophysics and Geospatial Analytics at Natural Resources Canada.

Her research activity is innovation in geospatial analytics projects.  She is modeling the key elements that are leading to innovative outputs. Crowdsourcing, traditional knowledge, and new sensors are part of the element that lead to innovation in geospatial analytics.  She has been leading cartographic teams  for the federal community throughout her career, first at the Canadian Hydrographic Service, then at the Canada Centre for Remote Sensing, and today at the Geological Survey of Canada.

Nicholas Ogden, Directeur et chercheur scientifique principal, Division Science des risques pour la santé publique, Laboratoire national de microbiologie (Agence de la santé publique du Canada)

Présentation : Contribution of Earth Observation to Public Health Practices
Room: Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 17h00 HAE

Dr Nick Ogden est un vétérinaire qui a été formé au Royaume-Uni (Université de Liverpool, 1983). Après avoir pratiqué en clinique mixte pendant dix ans, il a obtenu un doctorat en écologie de la maladie de Lyme au département de zoologie de l’Université Oxford en 1996. Pendant les six ans qu’il a passés en tant que chargé de cours à la faculté des sciences vétérinaires de l’Université de Liverpool, il a poursuivi ses recherches sur l’écologie et l’épidémiologie des maladies transmises par les tiques ayant de l’importance pour la santé publique en Europe et sur celles ayant de l’importance pour la production de bétail en Afrique. En 2002, il a déménagé au Canada, où il a continué ses travaux sur l’écologie de la maladie de Lyme et d’autres zoonoses ainsi que sur le changement climatique, à titre de chercheur scientifique au sein de l’Agence de la santé publique du Canada. En tant que directeur intérimaire de la Division des questions environnementales de l’Agence de la santé publique du Canada, il a dirigé un programme sur le changement climatique, les risques de maladies à transmission vectorielle et de maladies d’origine hydrique et l’adaptation des collectivités à ces risques. En qualité de directeur de la Division des zoonoses, il a dirigé des programmes sur la surveillance et la prévention des zoonoses, notamment de la maladie de Lyme et du virus du Nil occidental, et sur la coordination de ces activités à l’échelle nationale. En tant que chercheur scientifique principal et directeur de la Division Science des risques pour la santé publique du Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada, il s’intéresse tout particulièrement à l’écologie, l’épidémiologie et la diversité génétique des vecteurs et des micro-organismes à transmission vectorielle et zoonotique et est chargé d’évaluer l’incidence du changement climatique et d’élaborer des outils destinés à favoriser l’adaptation de la santé publique dans la lutte contre les zoonoses.

Steven Ramage, Directeur des Relations Extérieures (secrétariat du groupe)

Présentation : Earth observations for a sustainable future
Salle : Amphithéatre
Date: Jeudi, 22 juin 2017, 08h30 HAE

Steven Ramage chefs des relations extérieures pour le Groupe intergouvernemental sur l’observation de la Terre (GEO). Au cours de sa carrière, Steven a réussi avec succès un rachat de direction pour 1Spatial, créé et géré une entreprise gouvernemental de consultation pour Ordnance Survey et a été sur le Conseil et, par la suite, directeur de la stratégie pour what3words. Plus récemment il a travaillé pour le Secrétariat du GGIM de l’ONU à New York avant de rejoindre GEO.

Il est professeur invité à l’Institut pour les Villes Future de l’Université de Strathclyde, Glasgow et un membre émérite au SASNet du Big Data Centre de l’Université de Glasgow en Écosse. Steven travaille à l’échelle internationale, avec de nombreux membres du gouvernement de la GEO et d’organisations participantes, tel que l’ESA, CSA, JAXA, NASA et diverses agences des Nations Unies, y compris la Banque mondiale, de l’UNITAR, de l’UNISDR, le Bureau des affaires spatiales et de l’OMM. Il préside également Sous-groupe du Comité exécutif de GEO sur le secteur commercial et est membre du Conseil consultatif mondial pour l’Open Geospatial Consortium (OGC). Il est @steven_ramage sur Twitter et un diffuseur sur LinkedIn uk.linkedin.com/in/stevenr

Michael Rast, Chef de la stratégie de la Science (Agence Spatiale Européenne)

Présentation : ESA program and activities in Earth Observation
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 09h30 HAE

Head of the Science Strategy, Coordination and Planning Office in the Directorate of Earth Observation Programmes, European Space Agency

Après ses études en géologie et en télédétection géo-scientifique de l’Université de Munich en Allemagne, Michael Rast a rejoint l’Agence spatiale européenne (ESA) en 1985. Il a principalement été impliqué dans l’établissement de la science et des requis pour les capteurs de missions d’observation de la Terre, telque MERIS sur Envisat. Précédemment, suite à une année de recherche avec la NASA, ses intérêts de recherche ont principalement été dans le domaine de la spectroscopie en imagerie pour les écosystèmes terrestres. Il a obtenu un doctorat en géologie à l’Université de Munich en 1992. Entre 1993 et 2005, il dirigeait l’Unité des surfaces terrestres à la Division des missions scientifiques de l’ESA à l’ESTEC, aux Pays-Bas, avant son détachement au Secrétariat du GEO à Genève comme principal chargé de programmes en 2006. De 2008 à 2011 il a dirigé le programme du Bureau de la planification à la Direction des programmes d’observation de la Terre à l’ESA-ESRIN à Frascati en Italie et est actuellement chef de la stratégie scientifique, du Bureau de la coordination et de la planification. Il est titulaire d’une chaire de recherche et d’une affiliation pédagogique en télédétection terrestre au département de géographie de l’université Ludwig-Maximilians de Munich en Allemagne.

Stephane Roche, Professeur titulaire (U. Laval)

Présentation : Keynote panel on Societal benefits of Earth Observation
Salle : Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 09h00 HAE

Présentation : Smart Cities
Salle : Agora
Date: Jeudi, 22 juin 2017, 09h10 HAE

Ingénieur et géographe, je suis professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval (Québec) depuis 2003. J’assume également la fonction de vice-doyen à la recherche et aux études de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. J’enseigne les SIG et l’analyse spatiale aux trois cycles, ainsi que des séminaires gradués sur la Société de l’information géographique et sur la qualité des données géospatiales. Je m’intéresse aujourd’hui principalement au rôle joué par la géolocalisation sociale, les données ouvertes et le crowdsourcing (externalisation ouverte) dans la mise en opération du concept de ville et de territoire intelligent. Je suis impliqué dans le développement d’un laboratoire vivant centré les nouvelles formes de spatialité numériques et l’engagement citoyen.

Jonathon Ross, directeur, Planification nationale de l’observation de la Terre et des Relations Internationales (Geoscience Australia)

Présentation : Digital Earth Australia and the Open Data Cube – Embedding EO into government business
Salle : Amphithéatre
Date: Jeudi, 22 juin 2017, 12h30 HAE

Jonathon Ross est directeur de la planification nationale de l’observation de la Terre et des relations internationales au sein de la Direction générale de l’observation de la Terre et desocéans chez Geoscience Australia (GA). Jonathon est présentement le directeur général pour le Comité des satellites pour l’observation de la Terre (CEOS). Jonathon est chargé de coordonner les relations de GA avec les agences spatiales partenaires, de même que la participation à CEOS. Jonathon élabore également des stratégies et des plans nationaux pour l’accès et l’exploitation des données satellitaires pour l’Australie. La formation de Jonathon est en informatique.

Bob Ryerson, Président (Kim Geomatics Corporation)

Présentation : Chair, Keynote panel on Societal benefits of Earth Observation
Salle : Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 13h30 HAE

Le Dr Bob Ryerson a occupé plusieurs postes de télédétection et de géomatique au gouvernement fédéral, allant de chercheur sénior en environnement à directeur général. Dans le secteur privé, il a été vice-président et président de plusieurs entreprises entre 1996 et 2002 et de 2005 à aujourd’hui. Il a travaillé comme consultant dans une quarantaine de pays pour évaluer des programmes d’observation de la Terre, les politique de données géospatiales, le secteur de la télédétection et le développement industriel. Il a été membre du conseil d’administration du programme OT de l’ESA, a assisté au Sommet de l’OT organisé sous les auspices du président Bush et a participé à la création du GEO. Il a été consultant auprès de certaines plus importantes entreprises aérospatiales du monde, auprès des organismes des Nations Unies, y compris la FAO, le PNUD, la Banque mondiale et de nombreuses agences gouvernementales dans le monde entier. Il a été élu pour siéger aux conseils d’administration d’organisations scientifiques au Canada (président de la Société canadienne de télédétection) et aux États-Unis (ASPRS), ainsi qu’aux conseils d’administration d’un certain nombre d’entreprises et d’une association nationale du secteur industriel. Il a également été professeur adjoint au Canada, aux États-Unis, en Inde et en Australie. Il a été un chercheur primé, est un chercheur en cartographie certifié, membre de la Société américaine pour la photogrammétrie et la télédétection, et le gagnant 2012 de la Médaille d’or de la Société canadienne de télédétection «pour ses contributions innovatrices et son leadership» sur le terrain ». Certains de ses travaux sur les applications de la télédétection à l’agriculture ont été exposés au Musée national des sciences du Canada. Il a écrit et / ou présenté plus de 185 articles et livres dans son domaine d’expertise notamment en télédétection appliquée à l’agriculture, en études environnementales, etc. Plus de 20 d’entre eux ont été des documents-clés lors de grandes conférences internationales en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. L’un de ses livres largement diffusé est «Why ‘Where’ Matters » qui a été co-écrit avec son collègue Dr. Stan Aronoff.

Carl D. Shapiro, Directeur du Centre des sciences et des décisions (Commission géologique des États-Unis)

Présentation : Earth Observation, Societal Benefits, and Public and Private Opportunities: A Perspective from the U.S. Geological Survey
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 17h00 HAE

Présentation : Keynote panel on Societal benefits of Earth Observation
Room: Amphithéatre
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 09h00 HAE

Carl Shapiro est économiste à la United States Geological Survey (USGS) depuis plus de 35 ans et est actuellement directeur de l’USGS du Centre des sciences et des décisions (SDC) et Économiste principal, Énergie et minéraux, et Santé environnementale.  À ce titre, Carl mène les efforts interdisciplinaires de la SDC pour accroître l’utilisation et la valeur de l’information scientifique grâce à la recherche et à l’application dans cinq domaines scientifiques:  (1) services écosystémiques; (2) science de la prise de décision; (3) la résilience et la durabilité; (4) science participative et innovation; et (5) l’économie des ressources naturelles. Auparavant, Carl était l’économiste principal du bureau du directeur de l’USGS et conseiller principal du Directeur, où il a lancé, dirigé et participé à des études interdisciplinaires portant sur les questions de science, de pratique et de gestion. Carl est cofondateur de « A Community on Ecosystem Services (ACES) » et a présidé les deux premières conférences ACES. Il a été l’auteur principal du Guide technique de gestion adaptative du ministère de l’Intérieur qui fournit un cadre pour une utilisation cohérente de la prise de décision adaptative pour la gestion des ressources naturelles du ministère américain de l’Intérieur (DOI). Carl a reçu le prix du service méritoire et des services supérieurs du DOI.

Carl est professeur adjoint d’économie à l’École des affaires publiques de l’Université américaine de Washington, DC, où il a enseigné des cours de troisième cycle en économie et gestion publique depuis plus de 20 ans. Carl a un B.A. en Gouvernement du Collège de William et Mary et un M.A. et Ph.D. en économie du Centre pour l’étude du choix public à l’Université George Mason.

Ridha Touzi, Chercheur scientifique (Ressources naturelles Canada)

Présentation : The Convair-580: Our source of Inspiration for the Influence of the Design, Calibration and Advanced Applications of Polarimetric Satellite SAR
Salle : Amphithéatre
Date: Mardi, 20 juin 2017, 11h30 HAE

Ridha Touzi (M’90-SM’11-F’15) a reçu le Diplôme d’ingénieur de l’École Nationale de l’Aviation Civile et une maîtrise de l’École Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace, Toulouse (France), respectivement en 1983 et 1984. Il a reçu le diplôme de doctorat et le diplôme de l’Habilitation à diriger des recherches de l’Université Paul Sabatier (Toulouse, France) en 1988 et 1996, respectivement. De 1988 à 1990, il a été chercheur au Centre d’étude spatiale des rayonnements (CESR, Toulouse). De 1990 à 1992, il était avec le Centre canadien de télédétection (CCT) à Ottawa en tant que Chercheur invité du laboratoire gouvernemental du Canada. De 1992 à 1994, il a été professeur au Collège militaire royal de St-Jean, Québec, Canada. En 1994, il rejoint le CCT en tant que chargée de recherche. Ses recherches portent sur de nombreux aspects des RSO dont le traitement d’image, la polarimétrie, l’interférométrie, et l’étalonnage des radars aéroportés et spatiaux.

Le Dr Touzi est le récipiendaire du Prix du meilleur article de 1999 des transactions en Geoscience et télédétection portant sur « l’estimation de la cohérence pour l’imagerie SAR ». En 2004, Il a reçu le prix de Ressources naturelles Canada pour son importante contribution à la promotion de la polarimétrie au Canada, et à la préparation de la mission RADARSAT-2. Il est aussi récipiendaire de l’édition 2013 du Prix du Secteur des sciences de la Terre pour son importante contribution à la conception et à l’étalonnage des missions satellitaires canadiennes de type RSO (Radarsat-2 et RCM), et à l’étalonnage polarimétrique de ALOS-PALSAR. Récemment, le Dr Touzi a reçu le prestigieux prix IEEE Émérite « pour ses contributions à la conception et l’étalonnage des radars à synthèse d’ouverture polarimétrique »

Martin Wooster, professeur (King’s College London)

Présentation : Deriving Fire Emitted Carbon & Smoke Emissions from Satellite Fire Radiative Power Observations
Salle : SH-3620
Date: Mercredi, 21 juin 2017, 13h00 HAE

Le professeur Martin Wooster est président des Sciences de l’observation de la Terre (OT) au King’s College de Londres, et directeur de division de la NERC au Centre National pour l’observation de la Terre (CCEC). Avant de rejoindre le King’s College, il a travaillé chez IBM et a travaillé à titre de scientifique pour le programme d’aide outre-mer du Royaume-Uni. Son travail est principalement axé sur la science de la combustion de la biomasse à l’échelle régionale et mondiale, et il a dirigé « l’équipe de recherche des feux de forêt’ (wildfire.geog.kcl.ac.uk) depuis sa création en 2002, avec la publication d’environ 90 articles de revue en plus d’être présentement responsable de deux chaînes opérationnelles de livraison de produits d’OT liées à la combustion de la biomasse dérivés de Meteosat SEVIRI et de Sentinel-3 SLSTR. Son équipe a collaboré avec cinq institutions européennes afin d’élaborer un service en temps réel pour les « composante des émissions des feux » du Service de Surveillance de l’atmosphère de Copernic. Il est co-président de l’Agence internationale de l’équipe de mise en Œuvre d’incendie GOFC-GOLD et, en 2011, a reçu le prix Cuthbert Peak du Royal Geographical Societies.

Association Québécoise de Télédétection
Advanced SAR (ASAR) Workshop 2017
AGMQ Logo
Canadian Remote Sensing Society
Université du Québec à Montréal (UQAM)